Sirine&Amandine

Bienvenue chez Sirine&Amandine 🙂 Venez découvrir nos univers et nos passions au travers d'articles qui vous informeront et qui vous feront partager nos quotidiens ! Abonnez-vous à notre newsletter ❤️

 
 
 
 
  • sirineetamandine

Mes techniques pour s’améliorer en orthographe !



Hey, c’est Amandine ! Aujourd’hui je reviens vers vous pour vous partager mes astuces concernant l’orthographe et surtout comment éviter au maximum les fautes 🙂 Évidemment, personne n’est parfait et il m’arrive comme tout le monde de laisser passer des coquilles malgré maintes et maintes relectures. Mais ici, mon but est plutôt de vous permettre de mieux écrire en général, via des astuces toutes simples et ludiques. En effet, je fais régulièrement de l’aide aux devoirs à une enfant de 11 ans ayant de grosses difficultés en orthographe et au fil des semaines j’ai pu élaborer différentes techniques pour qu’elle puisse s’améliorer dans ce domaine. J’ai pu voir ses progrès au fur et à mesure des semaines et à vrai dire je suis plutôt fière ! Également, je vais aussi revenir sur les fautes les plus courantes et comment ne plus les faire grâce à des techniques toutes simples. Bref, vous avez envie de vous améliorer en orthographe ? C’est parti !


Lire...



Ce conseil va peut-être vous paraître bête mais la lecture est un des meilleurs moyens pour ne plus faire de fautes. Que cela soit des livres ou des articles de journaux, lire régulièrement possède de nombreux avantages : cela permet d’imprimer les mots dans sa tête, ainsi que leur orthographe, particulièrement si vous avez une mémoire visuelle. Et c’est aussi pour cela que je vous conseille de lire de livres et des articles de journaux mais pas forcément des articles de blog (en tout cas pour l’orthographe !) : ils sont toujours corrigés par une autre personne que l’auteur, justement pour éviter les fautes. Pour les articles de blog, ce n’est pas forcément le cas : ici c’est ce qu’on essaye d’appliquer mais il reste parfois une ou deux coquilles passées à la trappe.

Un autre avantage de la lecture, et pas des moindres, c’est l’enrichissement du vocabulaire. C’est bien connu : plus on lit sur des thèmes variés, plus le vocabulaire est diversifié. Bien sûr, lisez des choses qui vous plaisent : ne vous forcez pas à lire des articles de sciences ou d’économie si vous n’aimez pas ces sujets mais simplement, faites l’effort de lire régulièrement. Une bonne base pour démarrer serait d’un article par jour ou d’un roman de taille moyenne (environ 150 pages) par semaine. Ça vous semble énorme ? Et bien en réalité, ce n’est pas grand chose : un article de 2000 mots, c’est environ 8 minutes de lecture. Et c’est quoi, huit minutes dans une journée ? Pas grand chose, en effet. Pour les romans, je vous réfère plutôt aux vidéos de Jeannot se livre et d’Audrey du Souffle des Mots qui vous donne plusieurs conseils pour se mettre à lire et trouver le temps. De mon côté je ne sais pas vraiment comment vous donner des conseils étant donné que j’ai toujours eu l’habitude de lire 😅


… Et se relire



Ah la la, la relecture… C’est LE conseil que je donne tout le temps pour s’améliorer en orthographe. Car autant la lecture permet d’intégrer l’écriture d’un mot, autant la relecture permet d’éviter un maximum de fautes ! On le sait tous, quand on écrit vite on ne fait pas forcément attention à la grammaire et notamment aux accords. Mais se relire de manière attentive permet de détecter et de corriger les fautes les plus importantes comme, absolument par hasard, les accords du pluriel. Qui n’a jamais oublié un “s” en envoyant rapidement un texto ? Quand on envoie un message, ce n’est pas grave de faire des fautes. Par contre, dans une lettre de motivation ou un CV, là ça pose beaucoup plus de problèmes. Et croyez moi, lorsqu’un recruteur a le choix entre deux profils identiques mais que d’un côté, il a une lettre de motivation avec dix fautes par phrase tandis que de l’autre la lettre est nickelle, on sait tous très bien quel candidat sera embauché.


En plus de corriger les fautes d’inattention, la relecture a un autre point positif : elle permet de vérifier la syntaxe et la tournure des phrases. En effet, une phrase peut être très bien écrite grammaticalement parlant mais juste impossible à lire car la syntaxe n’est pas là. Pour vous en rendre compte, lisez la phrase à voix haute plusieurs fois (ou à voix basse si vous êtes en cours ou en examen) : si elle est fluide, c’est qu’il n’y a aucun problème. Par contre, s’il y a des endroits où elle accroche ou encore si vous êtes obligé.e.s de reprendre votre respiration à des endroits non prévus pour (pour rappel, une virgule = une petite respiration et un point = une longue respiration), c’est qu’il y a un problème. Pour un problème de respiration, c’est souvent que la phrase est trop longue : pour cela il faut soit la diviser en plusieurs petites phrases mais de manière à ce que cela soit cohérent avec le sens, soit rajouter de la ponctuation. Si c’est un problème d’accrochage, c’est un peu plus compliqué : c’est à vous de trouver ce qui pose problème et de tenter des modifications jusqu’à ce que la phrase sonne bien à l’oreille. N’hésitez pas non plus à demander de l’aide à un ami ou même à me contacter sur le compte Instagram du blog pour que je puisse vous donner un coup de main 🙂


Faire confiance au correcteur automatique… Mais pas trop


S’aider d’un correcteur automatique peut être très tentant, mais de mon côté j’y vois quelques problèmes qui peuvent avoir de l’importance :


Dans un premier temps, le correcteur ne s’intéresse pas au sens de la phrase mais à l’orthographe des mots voire des groupes nominaux. Il va par exemple détecter les fautes de pluriel, mais ne va pas forcément distinguer la différence entre ses et ces, qui est pourtant bien évidente. Le correcteur décèle également les fautes de grammaire, et ça c’est top, mais il m’en repère parfois à des endroits où il n’y en a aucune ! Pour vous donner un exemple, dans la phrase “Lire a de nombreux avantages.” le a est souligné en rouge et le correcteur me le remplace par à. Sauf qu’il s’agit ici du verbe avoir et non de la préposition ! En effet, je peux remplacer a par avait sans altérer le sens de la phrase. C’est donc une des limites du correcteur automatique.


La deuxième est un peu plus spécifique puisque je vais parler ici des termes scientifiques. En effet, faisant des études dans le domaine des sciences, je dois savoir manier des mots parfois complexes et clairement, le correcteur automatique ne suit pas. Je pense notamment au terme “Pharyngotrèmes” qui désigne un groupe phylogénétique dont fait parti l’Homme et les vertébrés, ou encore l’adjectif “monothèque”, que l’on utilise pour caractériser une anthère (partie de l’étamine, l’organe mâle d’une fleur). Certes, ce sont des termes très spécifiques à la biologie, mais je pourrai aussi vous citer les noms de molécules à rallonge en chimie (comprenant entre autres des lettres, des chiffres et des virgules) ou des mots basiques comme “proticité” (nom se rapportant à l’adjectif “protique” qui désigne une molécule pouvant donner un ion H+ à son milieu) (oui, ça part sur des termes techniques 😁).


En conclusion de cette partie, je dirais que les correcteurs automatiques peuvent être très pratique concernant l’orthographe en elle-même des mots usuels et la correction des accords dans les groupes nominaux, mais dès qu’il s’agit de la grammaire, les corrections seront assez aléatoires. Parfois ils vous les corrigeront correctement, parfois non et ce sera à vous de voir s’il y a ou non des erreurs.


Petite précision : les correcteurs automatiques dépendent des logiciels de traitement de texte que vous utilisez. Un exemple bête : “proticité” est souligné en rouge sur Word tandis que “protique” ne l’est pas. Or, sur Google Docs, c’est l’inverse qui se produit. Donc ne vous fiez pas trop aux correcteurs automatiques.


Pour finir… Petites astuces pour corriger les fautes les plus courantes


Maintenant, je vais vous livrer mes petites techniques pour bien écrire certains mots courants ! Vous verrez, c’est hyper simple 😉


a/à : je l’ai déjà cité plus haut mais si vous pouvez remplacer a par avait, il s’agit du verbe avoir donc du a sans accent. Sinon, ce sera à.


ses/ces : ses est un adjectif possessif tandis que ces est un adjectif démonstratif. Pour les distinguer, voyez si vous pouvez pointer du doigt le nom qui suit. Vous ne comprenez pas ? Voici un exemple :“Ces personnes sont pénibles.” On parle ici d’un groupe de personnes en particulier, que l’on peut donc pointer du doigt en formant un C avec son pouce et son index.

Autre astuce, remplacer ses par les sien.nes. Exemple : “J’aime beaucoup ses chaussures” peut se transformer en “J’aime beaucoup les siennes.” La phrase reste correcte, il s’agit bien de l’adjectif possessif.


quand/quant : Là, la règle est vraiment simple : on applique toujours quand sauf lorsqu'on peut écrire quant à ou quant aux.


sa va/ça va : Pour le coup, je n’ai jamais compris cette erreur car "sa va" ne se dit tout simplement pas. On écrit toujours "ça va" et pour la petite technique, on peut remplacer par “Comment vas-tu?”. La première lettre est un C donc “ça va” s’écrit toujours avec un ç.


tout/tous : C’est une faute que j’ai longtemps mis à ne plus faire, mais j’ai maintenant trouvé un règle simple : “tous” est toujours suivi d’un pluriel tandis que “tout” est tout le temps devant un nom singulier ou un verbe.


Et voilà, l’article est déjà fini ! J’espère qu’il vous aura plu et qu’il aura aussi pu vous aider à améliorer votre orthographe 🙂 La semaine prochaine vous retrouverez Sirine et de notre côté on se retrouve dans deux semaines pour un nouvel article !

5 vues

Contact

Merci pour votre envoi !

 

©2020 par Sirine&Amandine. Créé avec Wix.com